Urban Art Fair, une première édition au sommet

Hopare

Première édition de la foire de l’art urbain à Paris réussie !

Tout le monde était au RDV : galeries, artistes, presse, collectionneurs, passionnés, amateurs… Il faut dire que l’art urbain est devenu le rendez-vous incontournable de l'art.

Pour cette foire nous redécouvrons nos chouchous : Banksy, Miss Tic, C215, Jonone...

Aussi de belles découvertes : Nowart, Hendrick Czakainski, Skunkdog... et les artistes montants du moment : Hopare, Jo di Bona, Lek, Levalet…

Keith haring

Mr Brainwash

Nowart

Shaka

Lek

Blek le Rat

Jo Di Bona

Speedy Graphito

Skunkdog

Dans un contexte difficile du marché de l'art, il est agréable de trouver des lieux dans lesquels l’art continue à vivre et à se développer. La rencontre avec l'oeuvre et l'artiste était au RDV avec des performances en live, des séances de dédicaces, des conférences...

La preuve de ce beau développement, l’émergence de nouvelles galeries comme la galerie Clémouchka fondée par Clémence à Lyon et qui pour sa première foire expose les artistes renonmés Jana & Js et d’autres artistes émergents très prometteurs.

La place de la femme dans l’art urbain était au coeur des débats, c’est pourquoi nous avons voulu donner la parole à la fondatrice de la galerie Klemouska.

A presque 32 ans, Clémence réalise le rêve d’ouvrir sa galerie à Lyon. Après plus de 10 ans dans le théâtre à Paris, elle quitte la capitale et s’installe à Lyon. Ce projet fou elle le réalise en janvier 2015. Sa première exposition met en avant ses chouchous dont elle collectionne déjà les oeuvres : Jana & Js, C215, Oak Oak, Don Mateo.

Jana & Js

Ses choix sont guidés par ses propres coups de coeur.

Dans sa galerie elle laisse un mur ouvert aux artistes. Cela lui permet de retranscrire le côté éphémère de l’art urbain.

Sa dernière exposition est sur le thème de la femme. Le milieu des galeries comme le milieu des artistes street art est un milieu très masculin. Elle a décidé de faire cette exposition pour redonner la place à ces femmes. C’était le sujet des débats pendant la foire avec la rétrospective du film « Girl Power ». Décidément l’art urbain se remet en question et nous ne pouvons que nous en réjouir.

© Miss Tic ADAGP 2016

et pour mieux comprendre les femmes street artistes, je vous invite à redécouvrir l’interview de Miss Tic de 2015 ici

artistiquement vôtre

Léa Perrot-Minot


À l'affiche
Posts récents
Nous suivre